Production des algues

Qu'est ce qu'une micro-algue ?

Le terme micro-algue désigne les algues microscopiques. Elles sont cultivées dans des fermes aquatiques spécialisées. Unicellulaires ou pluricellulaires, ce sont des micro-organismes producteurs de photosynthèse car particulièrement friand de lumière mais toutefois peuvent se nourrir la nuit par osmotrophie ( c'est a dire à partir de particules dissoutes). Ils vivent dans des milieux riches en eau et peuvent posséder un "flagelle" pour se déplacer. Elles peuvent jouer un rôle important dans le cycle du carbone et de manière plus générale dans les cycles biogéochimiques des lacs et de l'océan.

Pour compléter notre thème de recherche nous nous sommes appuyés sur l'expérience de l'ARDA ( Association Réunionnaise de Développement de l'Aquaculture ), de l'IUT de Saint Pierre et de la startup réunionnaise Bioalgostral, dans la culture des micro-algues.

Visite de l'Arda.

Img 2961

Presentation générale :

L'ARDA (Association Réunionnaise de Développement de l'Aquaculture) rassemble plusieurs filières: la pisciculture, le contrôle de l'eau à la Réunion, l'étude de l'évolution des " bichiques " sur toute l'île, et enfin la spécialité de Mr Raobelina ( chercheur à l'ARDA ): les micro-algues. 

Cette filière nous dit-il est très prometteuse car elle est bénéfique pour plusieurs domaines ( voir: Les Algues. Plus que polyvalentes). En revanche cette filière a encore du mal à se développer parce qu'elle attise l'inquiétude de certains agriculteurs à propos de la conservation de leurs cultures mais surtout, elle est encore peu connue du grand public. 

 

 

 

Rencontre avec Lionel Raobelina chargé de la filière spiruline à l'ARDA.

Après une brève visite du site nous nous sommes dirigés vers les bassins où sont mis en culture les micro-algues ( uniquement de la Spiruline ici ). Il nous a alors expliqué que la spiruline est extrêmophiles c'est à dire qu'elle se développe dans d'extrêmes conditions à une température comprise entre 19 et 40°C. La température optimale de production étant de 30~35°C. Les bassins contiennent de l'eau salée très basique dans laquelle on ajoute des sels minéraux, du phosphore et de l'azote. Ainsi avec le soleil et la chaleur, les bassins deviennent verts en quelques semaines, la multiplication est très rapide.

Il a également porté notre attention sur ce qu'on appelle des polysaccharides qui sont des résidus de spiruline aglutinés sur les rebords des bassins. Ces polysaccharides permettent la survie des micro-algues dans des conditions de sécheresse. Il ajoute que ces polysaccharides permettraient à la spiruline de survivre pendant une période sèche d'un an sans eau. Fait que nous avons pu vérifier au lycée en réhydratant de la spiruline laissée à sec dans un bécher pendant plus de deux mois, la spiruline se remettait à vivre. Cependant, il faut apprendre à gérer les polysaccharides car pour 1kg de spiruline produite on produit également 1kg de polysaccharides. Il faut donc les éliminer en agitant et épurant les bassins.

   

Par la suite, nous nous sommes rendus dans son laboratoire où se trouve le matériel nécessaire à l'observation des micro-algues, des testeurs de pH et un four pour sécher la spiruline avant l'ensachage. Il nous précise alors qu'il n'est pas "producteur" de spiruline mais qu'il est seulement fournisseur pour de petites entreprises locales qui elles produisent de la spiruline à des fins commerciales. Il leur vend des souches de spiruline qui vont ensuite être cultivées.

 

Très enthousiaste par notre projet il nous a posé de nombreuses questions quant à la réussite de notre TPE et également sur les méthodes que nous avons utilisés pour réaliser nos expériences.

 

 

 Img 2967

Img 2968

En cliquant ci-dessous vous pourrez consulter une partie de l'entretien avec Mr Raobelina :

Vous pouvez aussi voir toutes les photos de notre visite en cliquant ici .

L'IUT de St Pierre.

culture de spiruline a l'iut

 

A l'occasion des vingt ans de l'IUT de Saint Pierre (début Decembre 2014), cette dernière a inauguré une plateforme de production de micro-algues qui sera mise au service de la recherche et du developpement. Deux bassins ont ainsi été construit grâce à des soutiens financiers de l'Etat, de la FEDER (Fond Européen de Developpement Régional) et de la Region. Ils vont permettre aux étudiants de réaliser des recherches sur les micro-algues et leur utilisations, leurs rendements dans différents domaines : alimentaires, cosmétiques ou encore énergétiques.

Recherche de la meilleure algue

Les micro-algues pourraient produire entre 5000L et 58000L d'huile par hectare de piscine selon l'espèce. Il est donc important de trouver l'algue qui produit le plus de lipides pour avoir de meilleurs rendements, c'est pourquoi de nombreux chercheurs partout dans le monde se sont fixés comme objectif d'optimiser les rendements des algues. Ainsi, de nombreuses entreprises investissent actuellement dans la micro-algue et beaucoup d'experts se lancent dans la recherche de la meilleure algue, y compris à la Réunion avec la startup Bioalgostral.

Bioalgostral :

« Innovons et développons notre île pour être fier du modèle que nous lèguerons à nos enfants. » ( slogan de Bioalgostral )

Bioalgostral (voir leur site: http://www.bioalgostral.com/)  est une sartup réunionnaise (entreprise qui n'est pas encore opérationnelle) spécialisée dans la culture des micro-algues. Son but est de produire durablement des micro-algues à des fins industrielles mais surtout en terme d'applications énergétiques. Leurs analyses mondiales sur les critères nécessaire à une culture optimale des micro-algues fait ainsi de la Réunion l'un des meilleurs site de production mondiale à cause de son climat. En second plan Bioalgostral souhaite également s'investir dans cette "révolution verte" qu'abrite notre île depuis quelques années en proposant un biocarburant de 3ème génération, qui pourrait être une réelle solution face à la dépendance énergétique de l'île. Elle pourrait ainsi rendre La Réunion autonome énergétiquement. De plus, cette société est très "éco" (autant sur le plan économique qu'écologique) car leur technologie vise à une production durable basée sur l'utilisation d'une station d’épuration des eaux usées et d’un digesteur biogaz à coté de leurs bassins de productions pour permettre aux micro-algues de se développer en consommant les nutriments contenus dans les eaux usées ainsi que le CO2 émis par les déchets sans entraîner de pollution ou de dégradation du milieu naturel. Cette technique ressemble beaucoup à celle utilisée au Vigeant ( cf : Le cas du Vigeant). D'ailleurs cette filière pourrait même s'avérer être porteuse d'emplois pour l'avenir ce qui serait une bonne nouvelle étant donné l'état actuel du chômage dans l'île.  

 

×